août 19, 2022

Justice: deux policiers font secouer le cocotier du procès Chebeya

   Ce lundi 8 février la Radio France Internationale (RFI) publie des propos de deux policiers congolais arguant avoir directement participé  à l’assassinat de Floribert Chebeya et de son chauffeur Fidèle Bazana. Ces révélations font donc l’effet d’une onde de choc dans l’opinion mondiale – et c’est le cas de le dire ici, secouent le cocotier. Les réactions tombent en cascades et de partout.

                   En effet, Floribert Chebeya, président et fondateur de l’ONG, la Voix des sans-voix. Il meurt assassiné en juin 2010, en même temps que son assistant et chauffeur Fidèle Bazana.. Le procès des assassins présumés s’ouvre le  novembre 2010  à Kinshasa  devant la cour militaire,  puis se poursuit devant la Haute cour militaire. Le 23 octobre 2012,  la Haute cour militaire refuse d’examiner les éventuelles implications du général Numbi..

                    Est-ce que faut-il verser lier l’actuel dénouement de l’affaire Chebeya au nouvel ordre politique qui semble profiler en RDC ? Toujours est-il que les récentes secousses subies par les places fortes du kabilisme pousseraient tout celui qui s’y liait un certain protectionnisme d’aller rechercher nouvel abri car l’ancien régime ne peut plus les protéger.   

                     Parmi les réactions enregistrées face aux révélations de Rfi, nous vous reprenons ci-dessous, une chaude tribune, celle de Jonas Tshiombela de la Nouvelle Société Civile Congolaise.

Assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana suite aux nouvelles révélations choquantes: nous exigeons la réouverture du procès

L’évolution de l’environnement sociopolitique du pays nous parait comme une véritable délivrance en RDC. Dans certains états-majors des partis politiques aux mots d’ordre hier leurs militants sont entrain de retrouver et jouir de leur liberté d’expression, denrée rare et de luxe quand il s’agissait de remettre en question les intouchables sacrés chefs. Certaines langues aujourd’hui commencent à se délier, c’est le cas de révélations faites par certains policiers dans le dossier d’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana. Incroyable hier, avouons-le, à la lumière de toutes ces révélations, le peuple congolais était franchement dans une prison à ciel ouvert.

Ces révélations inédites et troublantes ont été faites à la RFI par certains policiers qui ont participés à l’assassinat des militants des droits de l’homme Floribert Chebeya et Fidèle Bazana. Plusieurs noms reviennent et d’autres sont dévoilés, c’est le cas de : adjudant Hergil Ilunga wa Ilunga, le colonel Daniel Mukalay, inspecteur général à la direction des renseignements généraux et services spéciaux, le major Christian Ngoy Kenga Kenga, officier de bataillon « Simba », etc. Ces intouchables de l’ancien régime, sont certainnement aujourdhui dans les tourmants inoui, car cités dans ce dossier à en croire les troublantes révélations faites ces policiers avec des détails sur certains présumés auteurs et leur rôle dans ce double assassinat emblématique de deux militants des droits de l,homme, celà sous règne du régime de triste mémoire.

Avec ces révoltantes et bouleversantes révélations, notre silence et inaction ne peuvent plus se justifier, le moment est venu de nous unir pour réclamer la justice pour Floribert Chebeya et son compagnon Fidèle Bazana.

Chers militants des droits de l’homme, socité civile, associations, mouvements citoyens, activistes pro démocratie, levons nous impérativement et mobilisons-nous à travers des actions pacifiques pour exiger la réouverture immédiate de ce procès et que justice soit faite.

Notre silence risque de faire de nous des complices, car le sang des innoncents Floribert CHEBEYA Fidèle BAZANA versait pour le Congo continue de nous interpeller.

Debout et réclamons rien que la réouverture immédiate de procès Floribert et Fidèle