décembre 3, 2022

On a fini de tracasser le « Policier du 30 juin »

L’opinion publique congolaise a été outrée à l’issue de la journée du 30 juin de découvrir la vidéo d’une bavure d’un policier de la brigade de circulation routière. Cela se passait à la place Pont Cabu, communément appelé « Pont Gaby ». Une dame qui transportait dans sa voiture un peu plus de monde qu’actuellement admis dans les transports en communs depuis la déclaration de l’état d’urgence en mars dernier. Et le Policier de la Circulation Routière a royalement abusé en extorquant de l’argent à la pauvre conductrice, alors qu’une membre de l’équipée filmait malignement la scène à l’aide d’un téléphone portable. Et, c’est ce bout de vidéo balancée dans les réseaux sociaux a salé le 30 juin terni et par la Covid-19 et par tout un fatras d’affaires politico-judiciaires qui ont fait annuler la célébration solennelle de cette journée de l’indépendance nationale. Paradoxalement, les autorités disaient avoir annulé les célébrations fastueuses pour réorienter le budget alloué vers les primer des policiers, militaires et personnels de santé. A croire que le sous commissaire Jonas Kabasele Beya, notre « flic ripou » (policier pourri) voulait retirer sa prime à la source, c’est-à-dire auprès de la population ignorante. La vidéo incendiaire allait vite remonter jusqu’à la haute hiérarchie de la police qui en un clin va boucler le malfrat et lui faire son affaire. Le jour suivant on intente une procédure judiciaire contre l’incivique, et le lendemain, soit le jeudi 2 juillet, c’est un Jonas Kabasele roulant des yeux qui boit à sa lie sa condamnation en une béatitude de contrite : 3 ans de servitude pénale principale pour concussion et 250 000 Francs congolais de frais d’instance. Alors que l’opinion se glorifiait de cette condamnation école, les compairs PCR du condamné fustigeaient un verdict contre nature, l’un d’eux s’en est ouvertement indigné : « Likolo ya 20 dollars bazo condamner ye. E bongo ba oyo bazo yiba mbongo ebele ya l’Etat » (« … Pourquoi le condamner ainsi rien que pour un petit 20$, alors que plein de détourneurs des deniers publiques roulent carrosses ? ») Plutôt que d’attiser notre colère, cette dernière interpellation doit vriller les tympans des ténors du pouvoir judiciaire.  

Revenons donc en image sur le film exhaustif de ce feuilleton à travers ce reportage magnifiquement rendu par Patrick Mpezo.

Freddy Kabeya